Chroniqueur de romans contemporains  -  Correcteur  -  Auteur

Bienvenue sur le blog du chrocoteur

Photo jpmQui n’a pas rêvé d’apparaître en tête de gondole dans les librairies ou en première page des ventes sur les grands sites marchands ? Que l’auteur désintéressé, après avoir galéré pour trouver un éditeur acceptant de le publier, me jette la  première pierre !

Le problème, lorsqu’on est un auteur inconnu, c’est de se faire connaître. Une lapalissade, me direz-vous... Mais il faut admettre que sur les 5000 romans publiés chaque année, il n’y a pas de raisons qu’on s’intéresse au vôtre plutôt qu’à un autre. À moins qu’il ne s’agisse de l’œuvre du siècle, repérée par un influenceur notoire ! Mais si ce n’est pas le cas, vous allez devoir vous engager dans une longue démarche promotionnelle, si vous voulez avoir une chance de franchir le cap de la diffusion aux membres de votre famille et à vos amis, si nombreux soient-ils.

Pour être mis en avant, un ouvrage doit disposer de plusieurs qualités. La première, incontournable, concerne la rédaction qui doit être parfaite. Un texte comportant des fautes d’orthographe, de grammaire, des incohérences ou un style défaillant sera irrémédiablement rejeté. Une présentation soignée (couverture, mise en page, 4e de couverture) a elle aussi de l’importance.

Cependant, les ventes d’un livre, même très bien rédigé, ne seront propulsées que si l’attention des futurs lecteurs est attirée par des critiques flatteuses. Le rôle du chroniqueur prend ici tout son sens et c’est la raison qui m’a conduit à construire ce blog.

Mes chroniques ne portent que sur des romans contemporains, étranges mais réalistes, qui m’ont plu. Vous comprendrez, en découvrant mes écrits, qu’il s’agit de mon genre littéraire de prédilection. Et si vous écrivez vous aussi des ouvrages de ce genre et souhaitez que j’en rédige la chronique, je vous invite à me les envoyez à l’aide du formulaire de contact. Nous conviendrons ensemble des conditions de notre partenariat.  



 

  • Jeanne de Belleville, le cœur flibustier - Isabelle Pellé

    Couv jeanne de belleville

    Jeanne de Belleville est mariée depuis plus de cinq ans à Geoffroy de Châteaubriand qui lui a été choisi, comme de coutume à l’époque. Jusqu’à présent, elle a vécu en châtelaine sérieuse, obéissante et soumise à son époux auquel elle a déjà donné deux enfants. Mais à son dix-huitième printemps, son sang bout comme la sève sucrée des pommes de Vendée.

    La plume d’Isabelle Pellé est si caressante que l’on se demande si ce n’est pas elle qui éveille les sens de la jeune femme follement éprise d’Olivier de Clisson, au point d’entretenir une relation fougueuse, brûlante qui finit par donner naissance à un enfant adultérin. Cette situation est inimaginable au Moyen Âge tant elle est périlleuse pour des amants risquant d’être pris en faute. Ils sont obligés de se séparer.

    Tous deux veufs à trente ans, ils se marient enfin et ont quatre nouveaux enfants qui les accompagnent pendant leurs douze ans de vie commune.

    En 1343, Olivier de Clisson, accusé de traîtrise envers le royaume de France, est décapité sans procès. Aujourd’hui encore, les historiens demeurent partagés sur l’existence d’une réelle trahison. Cependant, au-delà de la raison, n’est-ce pas l’amour qui brandit le sabre de Jeanne de Belleville lorsqu’elle arme des navires pour écumer les mers en hurlant vengeance ?

    Résumé :

    Alors qu’elle n’a que douze ans, Jeanne de Belleville est mariée de force à Geoffroy VII, baron de Châteaubriant, un homme plus âgé qu’elle. La vie de la jeune châtelaine semble toute tracée. Quelques années plus tard à Nantes, elle rencontre Olivier IV de Clisson, seigneur du Grand Ouest. C’est le coup de foudre. Leur liaison commence alors que Jeanne est mariée. Sa vie bascule. C’est le début d’une émancipation sociale et charnelle. Au-delà des diktats de l’époque, la noble Dame va vivre sa passion. Pour se reconstruire, Jeanne irait-t-elle jusqu’ à tout détruire ?

    Le destin d’une femme au XIVe siècle dans l’Ouest de la France.

    À fort ancrage régional, cette biographie romancée s’inscrit dans la grande Histoire de France, avec comme fil rouge, la passion malgré le dogme de la religion.

    Remontez le temps aux prémices de la guerre de Cent ans. Loin des clichés sur l’époque médiévale. Découvrez le destin hors norme d’une femme du XIVe siècle. En suivant les aventures de l’héroïne de sa naissance à l’âge adulte, prenez avec elle le chemin de Montaigu, Châteaubriant, Nantes et Clisson. Faufilez-vous dans les couloirs sombres des forteresses et embarquez sur les mers déchaînées !

  • L'inconnue des archives - Emmanuelle Derossi

    Couvert l inconnue des archives

    Dès le premier chapitre, Roman semble épris de l’inconnue dont la statuette habite les lieux dans lesquels il aime à se promener, se ressourcer, à la recherche d’un passé plus vivant que le présent pétaradant, électronique et insipide. À travers sa plume, l’auteure l’emmène, avec son ami François-Xavier, en voyage à la fin du XIVe siècle qui a construit la notoriété et chanté la poésie de la Bourgogne.

    On rencontre Philippa à la veille de son départ de Paris. On l’accompagne dans son destin d’enlumineuse où elle nous présente avec sa candeur les trésors de Dijon dans son écrin de vignes. On découvre sa vie d’artiste au service de la famille du grand mécène que fut Philippe le Hardi.

    La force d’Emmanuelle Derossi réside dans la finesse des descriptions, telles des sculptures anciennes, tant des palais et des paysages que des caractères des personnages. L’utilisation judicieuse de vocabulaire du Moyen Âge, de dialogues en missives, nous projette dans le passé au point que l’on ne sait plus, tellement le récit nous transporte, quelle est la part de légende cachée derrière cette belle page d’Histoire.

    Une passerelle entre le présent et le passé florissant de Bourgogne.

    Résumé

    Qui est la jeune fille du portrait ? Une enquête riche en rebondissements pour un généalogiste qui cherche à tisser son histoire et va remonter le temps jusqu’aux ducs de Bourgogne. Un voyage en terres bourguignonnes.

    Portrait d’une jeune fille inconnue – Dijon – XIVe siècle : Qui est-elle ? Qui a sculpté son portrait ? Roman, généalogiste professionnel et son complice, directeur de collection du Musée des Beaux-Arts, partent en quête de son identité. Ils tissent peu à peu l’histoire de Philippa lors d’une enquête riche en rebondissements.

    Enlumineresse, la jeune fille s’installe au palais ducal en 1395. Fréquentant l’atelier du grand sculpteur Claus Sluter, elle noue des liens privilégiés avec l’un des artistes, Côme. Elle côtoie également le comte Jean, futur duc Jean sans peur. Cette double rencontre scellera sa destinée.

    En toile de fond, la ville contemporaine fait écho à la cité médiévale. La petite histoire se mêle à la grande lors d’événements décisifs : un séjour à Germolles, résidence favorite de l’épouse de Philippe le Hardi, la naissance de Philippe le bon ou encore la bataille de Nicopolis.

    Confrontés à des choix déterminants qui changeront leur destin et celui de leurs descendants, Philippa et Roman nous entraînent à leur suite avec pour indice principal une mystérieuse chouette.

  • Qui suis-je ?

    Mes chroniques ne portent que sur des romans contemporains, étranges mais réalistes, qui m’ont plu. Vous comprendrez, en découvrant mes écrits, qu’il s’agit de mon genre littéraire de prédilection. Et si vous écrivez vous aussi des ouvrages de ce genre et souhaitez que j’en rédige la chronique, je vous invite à me les envoyez à l’aide du formulaire de contact. Nous conviendrons ensemble des conditions de notre partenariat.  

  • La maîtresse chinoise - Moli Wang

    Couvert la maitresse chinoiseDans un pays où la croissance présente de véritables opportunités pour les investisseurs et les créateurs d’entreprises, les laissés pour compte sont nombreux et doivent se battre pour émerger de la misère.
    — Moi, je veux la France ! déclare Daji avec une convoitise non dissimulée.
    Déracinée de sa région natale où la carrière de son père, monsieur Riz, a subitement pris fin, elle n’a que le bac en poche lorsqu’elle s’expatrie à Wuhan, métropole grouillante de population, où l’avenir ne réserve rien de plus qu’un travail précaire et des conditions de vie insalubres.
    Son amie Dodo n’a pas beaucoup de mal à la convaincre de partir à la pêche au millionnaire. C’est sans doute le meilleur moyen de gagner suffisamment d’argent pour poursuivre ses études. Elle s’y voit déjà : en France !
    Le roman de Moli Wang est poignant de vérité. La maîtresse chinoise qu’elle nous présente n’en demeure pas moins sympathique et pleine de vie.
    Un très beau roman, témoin de notre temps.

    Résumé :

    Daji, dix-neuf ans, a quitté sa petite ville du centre de la Chine et travaille désormais comme serveuse dans un célèbre restaurant de Wuhan. Elle rêve d’une vie meilleure, mais comment s’en sortir sans diplôme et sans argent ? Sa meilleure amie lui propose un jour de contacter la Bao : officiellement une spécialiste en « conseils émotionnels », en réalité une entremetteuse des temps modernes. Très vite, Daji rencontre un homme riche et se voit tenir le rôle de concubine.
    La Maîtresse chinoise décrit de l’intérieur et sans concession une Chine pétillante, insolente et captivante, comme il nous est très peu donné de la voir.

  • Gemma

    GemmaCouverture 290 gemmaCapture 2Critique camabo 1Critique jamie 1Critique joannet 1Critique jpm il est midiCritique jym40 1Critique papydiouf 1

  • Nécrophonie - Thierry Dufrenne

    Couvert necrophonie

    Alors là, il y va vraiment fort !

    À manipuler l’humour noir comme le chirurgien son scalpel, le boxeur son poing, la mort sa faulx, on en viendrait presque à croire que Thierry Dufrenne est un Serial Thriller.

    Sanguinolence et putréfaction. Torture  ̶  Mais subir la torture n’est-il pas vivre ? Restes nauséabonds.

    Un insoutenable suspense où ceux qui détiennent des éléments probants ne peuvent les dévoiler au risque d’être soupçonnés de complicité. Et dites-vous bien que vous pourriez vous retrouver dans la même position, sans n’avoir rien vu venir !

    Dans les milieux hospitalier et policier que l’auteur, en connaisseur averti, dépeint sans complaisance, les acteurs et les témoins vivent les drames sans habiller leurs états d’âme de faux-semblants. Leurs propos sont tranchants, leur fatigue et leur angoisse palpables.

    L’intrigue est complexe et cependant très réaliste, même si Thierry Dufrenne, ne se contentant pas du dialogue percutant qu’il entretient avec les vivants, semble prendre un malin plaisir à faire parler les cadavres.

    Lisez-le ! Vous allez passer un sale moment !

    Résumé :

    Quel est le lien entre le cadavre d’une infirmière jeté au bas de l’escalier menant au service des Urgences, des membres humains tranchés et des corps décapités, entassés dans un ancien laboratoire désaffecté ? Les lieutenants Silaine et Legarde sont en charge de l’enquête.

    De la morgue du CHU de Semier au guichet d’accueil des patients, ils vont inverser les rouages de la mécanique hospitalière. Ils remonteront la piste d’un assassin dont ils ne comprennent pas le mobile.

    « Nous ne pouvons pas prendre la place d’un mort. Est-ce cela qui a poussé de grands inventeurs comme Edison à vouloir communiquer avec eux ? Les funérailles sont créatrices. Nous ne masquons pas les morts pour nous soustraire à leur pourrissement, mais pour nous reconstruire et en édifier une nouvelle image. Les fraîches paroles d’un défunt pourraient être la matière première de cette charpente. La nécrophonie sera l’antidote aux affres du deuil. »

    Thierry Dufrenne travaille dans la Santé depuis trente-sept ans. Passionné de médecine légale, l’univers hospitalier lui a déjà inspiré cinq romans. Il brosse ici une enquête policière dans un CHU. Avec un œil espiègle et des décors peu communs, sous le regard inquisiteur des caméras de surveillance.

  • Le ravin des anges - Nicole Provence

    Couvert le ravin des anges

    Le Ravin des anges est-il un roman policier ? Un thriller ? Je crois que c’est avant tout une histoire de familles...

    Une famille d’enquêteurs professionnels, à laquelle appartient presque naturellement Rachel, l’adorable femme de l’adjudant Bernard Di Nazzo que l’adjointe Cécile Borry seconde avec brio.

    Il est bien rare que des collègues de travail montrent un tel esprit d’équipe.

    Face à l’adversité d’une famille de malfrats qui trafiquent, violent, tuent, Cécile et Gladys, auteure célèbre qui ne s’est jamais remise du deuil de son enfant, s’unissent pour sauver la jeune Jasmine, qu’elles considèrent un peu comme leur petite sœur, menacée de mariage sur ordre patriarcal.

    Et puis, en filigrane, l’auteure nous présente aussi cette grande famille de ceux qui n’ont rien ou pas grand chose, et qui se battent pour que le monde change.

    Dans ce beau roman dramatique aux personnages attachants, Nicole Provence se montre très adroite dans sa façon de rappeler les éléments de l’enquête. Et puis, on ne peut rester indifférent à sa manière de nous dépeindre avec réalisme le contraste entre la banlieue pauvre des immeubles de Roussillon et les rues ensoleillées bordées des mosquées et des palais d’Istambul.

    Au-delà du suspense de l’intrigue, le Ravin des Anges est un voyage palpitant.

    Résumé :

    À quelques semaines d’intervalle, on découvre deux cadavres de lycéennes dans le ravin d’une déchetterie. L’adjudant Di Nazzo mène l’enquête.

    Trois femmes affrontent leur destinée dans ce roman : la fragile Gladys, une romancière blessée par la vie ; Cécile, l’adjointe obstinée de Di Nazzo, que rien ne fait reculer, et Yasmina, une jeune Turque prisonnière des conventions familiales dont elle veut s’affranchir. Une solide amitié leur permettra de vaincre les dangers qui surgiront sur leur chemin.

    Suspense et rebondissements entraînent le lecteur depuis Roussillon, gros bourg de France, jusqu’à Istanbul, la fourmillante et trépidante ville de Turquie. On plonge dans la noirceur des crimes pour rejaillir dans la splendeur des mosquées colorées stambouliotes.

    Un roman empreint d’une certaine dureté et de violence mais non dénué d’humour et d’une grande sensibilité.

    Nicole Provence naît en 1948 à Châtellerault dans la Vienne et elle vit aujourd’hui dans la région lyonnaise. Férue de lectures et d’écritures en tous genres, elle participe à un concours en 1998 et a le plaisir de voir une première nouvelle du genre polar retenue par France Loisirs. Le pied est mis à l’étrier. Depuis, elle se consacre entièrement à l’écriture de romans polars-terroir et de romans jeunesses. Plusieurs sont parus dans la Collection Passerelle, Angkor les génies décapités et Le Miroir aux revenants.

    Avec Le ravin des anges, elle renoue avec le polar dont les enquêteurs sont les héros de ses précédents romans policiers.