Auteur  -  Chroniqueur de romans contemporains  -  Correcteur

Bienvenue sur le blog du chrocoteur

Photo jpmQui n’a pas rêvé d’apparaître en tête de gondole dans les librairies ou en première page des ventes sur les grands sites marchands ? Que l’auteur désintéressé, après avoir galéré pour trouver un éditeur acceptant de le publier, me jette la  première pierre !

Le problème, lorsqu’on est un auteur inconnu, c’est de se faire connaître. Une lapalissade, me direz-vous... Mais il faut admettre que sur les 5000 romans publiés chaque année, il n’y a pas de raisons qu’on s’intéresse au vôtre plutôt qu’à un autre. À moins qu’il ne s’agisse de l’œuvre du siècle, repérée par un influenceur notoire ! Mais si ce n’est pas le cas, vous allez devoir vous engager dans une longue démarche promotionnelle, si vous voulez avoir une chance de franchir le cap de la diffusion aux membres de votre famille et à vos amis, si nombreux soient-ils.

Pour être mis en avant, un ouvrage doit disposer de plusieurs qualités. La première, incontournable, concerne la rédaction qui doit être parfaite. Un texte comportant des fautes d’orthographe, de grammaire, des incohérences ou un style défaillant sera irrémédiablement rejeté. Une présentation soignée (couverture, mise en page, 4e de couverture) a elle aussi de l’importance.

Cependant, les ventes d’un livre, même très bien rédigé, ne seront propulsées que si l’attention des futurs lecteurs est attirée par des critiques flatteuses. Le rôle du chroniqueur prend ici tout son sens et c’est la raison qui m’a conduit à construire ce blog.

Mes chroniques ne portent que sur des romans contemporains, étranges mais réalistes, qui m’ont plu. Vous comprendrez, en découvrant mes écrits, qu’il s’agit de mon genre littéraire de prédilection. Et si vous écrivez vous aussi des ouvrages de ce genre et souhaitez que j’en rédige la chronique, je vous invite à me les envoyez à l’aide du formulaire de contact. Nous conviendrons ensemble des conditions de notre partenariat.  



 

  • Les enfants de Luther - Michèle Andrieux

    Couv enfants de luther

    Michèle Andrieux a cela de magique, qu’elle nous invite par ses romans à nous pencher sur l’Histoire. Car l’on ne peut pas se contenter de parcourir ses livres ! Elle rend ses personnages (réels) si vivants que partager leur quotidien devient un besoin.

    C’est un choix cornélien qui se pose aux habitants du comté de Wurtemberg : subir l’oppression de la France catholique malgré les engagements de liberté de culte, ou bien quitter la terre de leurs ancêtres pour un continent lointain, où les recruteurs leur promettent qu’ils pourront vivre prospères et pratiquer leur religion en paix.

    Les expatriés ignorent bien sûr les raisons profondes qui conduisent les Anglais à installer de nouveaux comptoirs en Amérique du Nord.

    Les enfants de Luther vont être parmi les premiers colons à rejoindre la Nouvelle Écosse. Leur transfert par galions sur l’Atlantique s’apparente au déplacement de marchandises humaines, périssables. Ceux qui restent à l’arrivée sont largués au bord de la côte Est américaine, inhospitalière. L’insécurité, le froid d’hiver, l’insalubrité vont rendre leur vie précaire.

    À travers la vie misérable de ces luthériens déracinés, Michèle Andrieux nous éclaire sur l’évolution historique de l’Acadie et de la Nouvelle Écosse au cours du XVIIIe siècle. C’est une manière très originale d’appréhender l’Histoire.

  • Nivôse-An X - Olivier Chartier

    Couv nivose an x

    Cela fait près de 15 ans que le tiers-état a arraché le pouvoir à la noblesse et au clergé. Le tiers-état, ça ne veut pas dire le peuple. La vie des paysans, des ouvriers a peu changé en fait. Sont-ils vraiment plus libres lorsqu’ils sont conscrits pour défendre le territoire de la république ?

    Dans son roman historique, Olivier Chartier nous rapporte, dans un langage que l’on croirait d’époque, l’errance de trois soldats lorrains, pendant la première décade de Nivôse – An X. Ils sont tous trois originaires de Pagny-sur-Moselle. Grand Barde, un guerrier méprisable, et Navel, son acolyte (ou plutôt son valet) accompagnent Pierre qui, grand invalide, est contraint de reprendre le chemin de la ferme où il espérait ne jamais devoir rentrer.

    Pierre ne veut pas de cette escorte. Il l’accepte jusqu’à Nancy, puis jusqu’à Toul où on doit lui remettre ses papiers de démobilisation et sa pension. Mais il a décidé de poursuivre son chemin sans eux. A-t-il raison ? On ne doit jamais voyager seul par ici, surtout au plein cœur de l’hiver. Si vous connaissez le Grand-Est, vous devez savoir que le climat y est rude, la terre marécageuse, et les forêts inhospitalières. Mais ce n'est pas de cette boue-là que Pierre voudrait se dégager. Il refuse de s'enliser dans un avenir morne, où ne coexistent qu’alliances organisées, dégénérescences, vies tracées insipides, agonie et mort lente, inutile.

    Quand vous atteindrez les dernières pages, allez donc vous repérer dans le temps sur un calendrier grégorien. Peut-être comprendrez-vous mieux son état d’esprit, le 10 de Nivôse-An X.

  • La lapin de ma fille - Virginie Cailleau

    Couv le lapin de ma fille

    C’est une vraie leçon que nous donne ici Virginie Cailleau sous des apparences anodines. Les vrais coupables ne sont pas toujours ceux sur lesquels s’acharne la vindicte populaire.

    Une étrange affaire, à vrai dire, que « Le lapin de ma fille ».

    Victimes d’un cambriolage, on ne peut pas dire ça… Presque rien n’a disparu de la maison bourgeoise des Canterel. Mais retrouver sa femme de ménage baignant inconsciente dans son sang et s’apercevoir qu’on vous a volé un vieux souvenir familial et surtout le petit lapin blanc de votre fille, son ami et sans doute son confident. Avouez qu’il y a de quoi paniquer !

    C’est exactement ce qui arrive à Aurélien. Alors ne vous étonnez pas si, par amour, reléguant au second plan son travail, ses amis, sa femme même, il court la ville à la recherche de l’animal de compagnie de Maëlys.  

  • Tombée des nues - Marc Gérard

    Couv tombee des nues

    Voici un court roman pour adolescents que je vous recommande. J’entends déjà les lecteurs s’exclamer : « Peut-être qu’avec un prof comme ça au collège, j’aurais aimé le français ! »

    Avec adresse, respect et sympathie, Marc Gérard s’efface pour laisser parler des ados drôles et attachants.

    Julie, blonde pétillante et amoureuse, rêve de vacances en camping avec sa meilleure amie. Mais certainement pas avec Laurent, le trop jeune demi-frère que sa mère et son beau-père aimeraient lui imposer.

    C’est durant la première nuit passée sous la tente que des événements extraordinaires vont se produire et propulser Julie dans un « téléroad movie », aventure télépathique à travers le monde. Joseph, le beau voisin dont elle est amoureuse et qui ne lui est pas indifférent, voit bien l’avantage que l’on pourrait tirer de cette situation étrange.

    Mais Julie est-elle prête à en payer le prix ?

    Résumé : 

    Le smartphone, c’est vraiment une chouette invention ! Mais quand, en plus, on en trouve un venu de l’espace, croyez-moi, il n’y a rien de plus fun… Foi de Julie ! Pour le coup, je n’ai encore jamais vu de téléphone aussi mobile. Celui que j’ai ramassé par hasard dans un champ est capable de me propulser aux quatre coins de la planète en un clin d’œil. Alors, qu’est-ce que vous auriez fait à ma place ? Quand on a treize ans, un père aux États-Unis, un petit copain branché extra-terrestres, ça donne envie de voyager. Le problème, c’est qu’on ne se balade pas comme ça impunément dans l’espace-temps. Il y a un prix à payer. Ça, j’aurais dû le deviner. Et je ne vais pas tarder à m’en apercevoir...

  • La beauté, sitôt menacée - Joël Mansa

    Couv la beaute sitot menacee

    Témoin de la souffrance d’un pays détruit, déchiqueté corps et âme, dans l’indifférence cruelle de la douleur enfantée, Joël Mansa dédie ce recueil de poèmes à Vladimir Poutine.

    Car, comme il le proclame : « Les poètes écrivent avec leur sang… », « …Ils portent les images du monde où ils sont nés. »

    Combien de mots, de larmes faudra-t-il verser pour que l’herbe repousse dans le désert crevé d’un pays ravagé ? « Écris et pleure… dit encore l’auteur. Tes larmes lavent la terre ». Lui sait que les chrysanthèmes fleurissent dans les jardins d’Hiroshima.

    Le poète est seul au monde avec ses blessures qui ne guériront pas. Et pourtant… « Un fleuve qui déborde / C’est la nature qui gronde / Et c’est la vie qui cherche à reprendre ses droits ». Alors, de poème en poème, les mots ciselés de Joël Mansa sont copeaux fleurant la résine qui volettent, feuilles d’automne, et se posent en corolles magiques sur nos tourments morbides. Le vent pousse sa plainte dans nos chants de coton.

    Merci à toi, poète, de m’apprendre la mort et me donner la vie.

  • Pense à ceux qui n'ont pas d'âme sœur - Leonor Baumann

    Couv pense a ceux qui n ont pas d ame soeur

    Dans sa pièce [Pense à ceux qui n’ont pas d’âme sœur], Leonor Baumann conduit le procès d’une société machiste qui considère que la violence conjugale n’existe pas.

    Sous prétexte d’amour, sous couvert d’un lien fort, aurait-on des privilèges ou des prérogatives admissibles ? Peut-on forcer quelqu’un à plus qu’il ne le désire ? Non. Jamais. Chaque être humain est seul maître de son corps et nul n’a le droit de violer son intégrité.

    Roxanne, tout habitée d’angoisse, s’oppose aux coupables qui hurlent leur innocence au nom du consentement tacite, de l’invitation, de la provocation…

    Les personnages de la pièce sont poignants et les indications scéniques donnent envie de monter sur scène pour convaincre les uns, soutenir le combat des autres, protéger les victimes.

    Une pièce que j’aimerais vraiment voir.

     

  • De tous mes voyages - Nathalie Villalba

    Couv de tous mes voyages

    Voici un superbe recueil de poèmes, pour certains déjà primés, ciselés à la plume du peintre.

    Amateurs de poésie, je vous le recommande.

    Au soleil pâlissant, dans ses reflets diamants, sous la lune blafarde ou sa lumière bleue, l’auteure nous emmène en voyage aux confins de son âme.

    Elle sait peindre, dans les îles lointaines, les aquarelles instantanées qui illuminent notre rêverie de leurs couleurs suaves et acidulées.

    Elle ouvre sa fenêtre au jardin de ses souvenirs fleuris et ensoleillés et referme la porte doucement, derrière nous, pour nous recevoir au cocon de son cœur, nous protégeant des pierres fendues.

    Elle nous ballade encore dans ses rêves-paysages bleu-vert, aux couleurs sinueuses qui s’étirent en méandres soyeux dans sa mémoire étonnée.

    Les poèmes de Nathalie Villalba virevoltent, tourbillonnent et se posent sur le rebord de notre fenêtre. Nous les lirons dans nos fauteuils-nuages, au coin de l’âtre de l’hiver.

  • Passe-passe -- Martine Lombard

    Couv passe passeDans son recueil de nouvelles Passe-passe, Martine Lombard nous rapporte des témoignages historiques propres à nous plonger dans le contexte sociologique complexe du temps des deux Allemagnes.

    Les conflits politiques opposant l’Est à l’Ouest furent à l’origine de tragédies humaines que l’auteure réussit à décrire avec sincérité, c’est-à-dire sans complaisance, mais aussi sans dramaturgie excessive.

    Comment rester insensible au récit : de ces jeunes filles astreintes aux camps des pionniers ? De ces mariages blancs consentis pour se libérer de la dictature ? De cette sensation d’abandon de ses racines ?

    On ne peut que partager la détresse des personnages dépeints avec art dans cette fresque.

    Résumé :

    Quitter son pays. En découvrir un autre. Rêver. S’adapter. Lutter. Changer. Se souvenir. Revivre. Transmettre. Avancer…
    Les personnages des treize nouvelles de ce recueil arrivent à un tournant de leur vie. Jeunes femmes qui fuient l’Allemagne de l’Est, pères de famille en perdition, cadre commercial en plein burn out, mère modèle qui dérape, adolescente dans un camp d’entraînement… Ces histoires nous font partager leurs pensées les plus intimes, leurs doutes, leurs espoirs avec tendresse, malice et humanité.